L’augmentation du SMIG,  le Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti, une annonce de Faure Gnassingbé lors de son discours de fin d’année 2022. Est-ce un effet annonce du régime cinquantenaire comme de coutume? Ou cette décision va être effectivement appliquée? Les togolais attendent de voir.

Depuis 2012, le SMIG est  fixé à 35000 FCFA soit 56 dollars, une mesure difficilement appliquée par les employeurs.

Un entrepreneur du privé a confié à Africablogging: » Les gouvernants de ce pays sont-ils informés de la situation économique très difficile avant d’annoncer une telle augmentation? Ont-ils pensé aux entreprises privées dont la plupart tournent au ralenti ?

Cette annonce fait suite aux revendications  des syndicats et l’exécutif togolais y souscrit pour éviter des mouvements de débrayages qui pourraient intervenir au cours de l’année 2023.

Dans un communiqué paru le 31 décembre 2022, les centrales syndicales informent que des consultations des 24 et 30 décembre ont permis une revalorisation du SMIG. Les syndicats par ailleurs entendent continuer des actions visant l’amélioration des conditions de vies des travailleurs pour favoriser le pouvoir d’achat.

En dix sept (17)  années de pouvoir de Faure Gnassingbé qui s’est octroyé un 4em mandat en 2022 à la tête du Togo, après les trente huit  (38) années de règne de son père Eyadema Gnassingbé, le constat de la généralisation de la misère dans le pays n’est plus à démontrer. Ils sont nombreux ces ménages qui peinent à faire face aux difficultés quotidiennes.

Seule une minorité jouit des richesses du pays avait affirmé le Chef de l’Etat togolais qui n’a pris aucune mesure pour une redistribution équitable des richesses nationales.

 

 

Crédit photo : Grand Reporter Media